Il était une fois, Barbie

Barbie_Gladysdit

Tout le monde connaît Barbie, cette poupée mannequin de vingt-neuf centimètres. Ce rose reconnaissable entre mille, qui porte le code Pantone 219C. Son club de fans et sa horde de détracteurs, parce que l’on ne peut pas plaire à tout le monde. Lorsque le Musée des Arts Décoratifs organise une rétrospective de 1 500 m2 sur les 57 ans de la star du jouet, comment manquer l’évènement ?

Première Barbie_GladysditBarbie casse les codes des années cinquante

Dans les années 1950, selon les fabricants de jouets, les filles jouent à la maman. En magasin, on leur propose donc une large gamme de poupons, qu’elles puissent materner dès le plus jeune âge.

En 1945, le couple Ruth et Eliot Handler, ainsi qu’Harold Matson créent la maison de jouets Mattel. Ruth a un jour une idée en regardant sa fille Barbara jouer avec des poupées en papier. Pourquoi ne pas créer une poupée mannequin, avec un corps de femme ? Comprenez des jambes interminables et une poitrine de rêve, soit autre chose que les poupons disponibles en boutique. Elle tente tant bien que mal de « vendre » son idée chez Mattel, mais seule femme au sein d’une équipe d’hommes, elle peine à convaincre. Pourtant, ils cherchent une manière d’entrer sur le marché de la poupée. Son projet a semble-t-il l’air complètement fou et hors de prix. Pour le réaliser, il faudrait produire en Asie. (Vous noterez comme moi que le monde de l’industrie a bien évolué au sujet de la délocalisation depuis les années cinquante).

La poupée publicitaire allemande Lilli, achève de les convaincre. Barbara Milicient Roberts, plus connue sous son diminutif Barbie est lancée le 9 mars 1959 par Mattel à la foire aux jouets de New York. L’accueil de l’industrie est mitigé, mais en magasin, Barbie est un carton. Au lieu des 20 000 poupées fabriquées chaque semaine comme prévu dans les plans de Ruth Handler, la fabrication est triplée, sans pour autant satisfaire la demande. Wikipédia indique que 350 000 Barbies ont été vendues la première année, lançant par la même occasion sa stratégie marketing et publicitaire. Une première dans le monde du jouet. Barbie n’est pas vendue comme un simple jouet, mais comme un style de vie à part entière. La saga est lancée. Barbie reçoit autant de courriers qu’une star de cinéma raconte ton. Création du fan-club et des produits dérivés. La machine à millions ou plutôt à milliards est en marche.

Barbie Mannequin_Gladysdit

Mais Barbie incarne aussi un idéal fantasmé

Barbie casse les codes des années 1950 et incarne le style de vie à l’américaine. Elle est indépendante. Elle a des occupations et officie aussi bien comme astronaute, professeur, qu’employée de bureau. Barbie part en vacances avec l’argent qu’elle gagne durement, sa voiture et Ken. (Petit commentaire le sourire aux lèvres : Elle est en avance sur son temps avec son « toy boy », Ken, créé en 1961.)

Si les représentants de Mattel se plaisent à répéter que Barbie suit les évolutions de la société, elle n’en essuie pas moins les critiques. Assez vite, elle incarne la cristallisation d’une société américaine idéalisée. Barbie prônerait la futilité. Ses jambes longilignes et ses mensurations parfaites ne ressembleraient pas au corps des femmes, normales. Et les questions de la représentation des minorités deviennent un enjeu, que Mattel tente très vite de corriger, d’abord avec une Barbie noire, puis asiatique et même hispanique.

Quoi qu’il en soit, Barbie est un mythe. Une icône qui a inspiré les plus grands artistes comme Andy Warhol. Elle est habillée par les grands couturiers, mais surtout fait rêver des milliards de petites filles à travers le monde. À presque 60 ans, Barbie est une star indéboulonnable.

 

Informations et réservation : Découvrez l’exposition Barbie au Musée des Arts Décoratifs jusqu’au 18 septembre 2016. Plus d’infos ici.

_DSC5334

BArbie_noire
_DSC5330

Gladys
Gladys

lover & lifestyle blogger when I have some time

Related Posts
blog_gladysdit_photo-jamie-street

Discussion about this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *