Comment les livres m’ont aidé à me construire ?

IMG_5262

Ma mère m’a passé ses plus importants messages avec des livres. Elle m’a acheté des livres sur tous les sujets possibles : la biologie, l’esclavage avec La Case de L’oncle Tom par exemple, le sujet plus sensible de la sexualité et du sida avec la BD, Jo, de Derib. Je pense que les livres étaient sa manière de m’aider à ouvrir les yeux, sans les longs discours gênants auxquels les parents se prêtent souvent. C’était finalement la méthode idéale pour l’ado ou pré-ado que j’étais. Ma mère ne fuyait pas les choses, elle m’a juste guidé pour trouver certaines réponses seule.

Aujourd’hui lorsque j’ai une question, mon premier réflexe est de regarder s’il y a un livre dessus. Que ce soit personnel ou professionnel, quelqu’un s’est souvent posé la même question avant. Je ne suis pas toujours d’accord avec les analyses. Pas toujours en phase avec les parcours non plus, mais ils permettent d’avoir accès à une réflexion et surtout à se forger un avis. C’est lors de l’une de mes recherches que j’ai découvert le Personal MBA. Je me posais des tonnes de questions sur ma carrière. Est-ce que faire la même chose cinq années supplémentaires pourrait me satisfaire ? La réponse était non. Alors comment évoluer, que ce soit chez mon employeur de l’époque ou ailleurs ? J’ai commencé à lire certains livres de la liste de lecture du personal MBA. Se lancer dans ce type d’apprentissage et réaliser toutes les choses qu’un livre apporte est passionnant. Seulement, les livres « outils », comme quelqu’un que j’apprécie aime à les appeler, ne font pas tout. Ils ont tendance à assécher et c’est vrai.

À force de lire ces livres, j’ai peu à peu perdu mon imaginaire. On peut apprendre énormément des livres, de tous les livres. Il ne faut pas oublier les romans, les mémoires… Pourquoi pas la poésie. Les romans permettent de voyager et d’apprendre tellement plus qu’un livre « outil ». J’ai compris que l’on peut croire dur comme fer à une idée, mais devenir un homme en acceptant de remettre en cause ses idées dans Gora de Rabindranath Tagore. J’ai lu le courage et la force des femmes dans Trois Femmes Puissantes de Marie Ndiaye. J’ai appris à aimer mon corps et ses défauts en dévorant Les Monologues du Vagin de Eve Ensler. On entre dans la tête ou l’univers d’un personnage. On découvre d’autres manières d’appréhender la vie. Les mots des autres et leurs ressentis nous mènent vers des contrées inexplorées.

À ceux qui pensent que les livres sont chiants. Je pense que vous n’avez sûrement pas lu les bons. Lorsque l’on tombe sur le bon, on est emporté. On a une seule envie, arriver au bout, pour savoir ce qu’il va se passer. Continuer à ressentir ce truc que l’auteur a réussi à exprimer avec ses mots ( je ne parle pas de 50 Shades of Grey, je préfère tout de même préciser ;)). C’est un voyage que l’on ne peut faire que seul. Un moment magique, que l’on peut ensuite partager avec d’autres.

Gladys
Gladys

lover & lifestyle blogger when I have some time

Related Posts
blog_gladysdit_photo-jamie-street

Discussion about this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *